Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Paris 2024 – Sélection minutieuse des chevaux pour l’épreuve d’équitation du pentathlon moderne

La communauté sportive attend avec impatience les Jeux Olympiques de Paris 2024, où le pentathlon moderne comprendra une épreuve d’équitation en saut d’obstacles. Pour cette compétition majeure, l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE), la Garde Républicaine et l’École Militaire d’Équitation ont été chargés de sélectionner les montures qui participeront à cette épreuve décisive.

Une sélection minutieuse

On se souviendra, malheureusement, d’une épreuve d’équitation catastrophique aux Jeux Olympiques de Tokyo déroulés en 2021 où la place de cette épreuve a été vivement remise en question notamment par… le monde équestre. En effet, l’équitation du pentathlon moderne diffère des épreuves d’équitation classique (rattachées à la Fédération Équestre Internationale) car les chevaux sont sélectionnés par le pays d’accueil : les pentathlètes ne connaissent pas leur monture avant l’épreuve, ils les tirent au sort. Là où les cavaliers olympiques ont plusieurs mois voire des années pour construire un couple harmonieux.

À l’IFCE, la sélection des chevaux pour Paris 2024 a été opérée fin novembre par une délégation comprenant un représentant de l’Union Internationale du Pentathlon Moderne (UIPM), le chef de piste qui officiera lors des Jeux Olympiques et Paralympiques, des membres du comité d’organisation des Jeux de Paris 2024, ainsi que Florence Mea, directrice générale adjointe de l’IFCE et Thibaut Vallette, écuyer en chef du Cadre noir de Saumur.

Cette sélection s’effectue dans un contexte d’exigence extrême, les athlètes ayant peu de temps pour s’habituer à leur monture avant de se lancer dans l’épreuve. Les chevaux doivent donc être “respectueux, francs, facilement adaptables et bien dressés”, selon François Fontaine, écuyer référent CSO à l’IFCE.

Les montures présélectionnées ont généralement une expérience en compétition et sont habituellement utilisées à des fins de formation. La délégation chargée de la sélection s’est montrée très satisfaite de la qualité des chevaux présentés. Une évaluation ultérieure aura lieu en mars de cette année, où d’autres chevaux seront sélectionnés parmi la cavalerie de la Garde Républicaine et l’École Militaire d’Équitation.

Les institution françaises en soutien au pentathlon moderne

Cette assistance dans le choix des chevaux s’effectue dans le cadre d’un partenariat répondant aux missions de l’IFCE, institution publique au service de la filière équine.

Dans sa COP, l’IFCE s’engage à mettre à disposition son expertise, ses moyens humains et ses chevaux pour soutenir le comité d’organisation des Jeux Olympiques. Cette collaboration avait déjà été fructueuse lors des Jeux de Tokyo 2020, où l’IFCE avait fourni un entraîneur et des chevaux pour la préparation des pentathlètes français.

Laisser un commentaire